En date du 17/10/2020 s’est tenue aux USA, devant le bâtiment du « Suprem Court of the United States » (SCOTUS) la deuxième conférence de presse de 18 médecins, membres du collectif « America’s frontline doctor’s ».

Une première conférence s’y était tenue le 27 juillet 2020 avec l’objectif d’informer les citoyens américains et de leur apporter la vérité, l’espoir et l’optimisme.

Conférence de presse en vidéo : https://odysee.com/@Miniver:4/Americafrontlinedoctors1:5

Vous trouverez une synthèse et la retranscription de la vidéo plus bas.

Synthèse de la conférence de presse :

En totale opposition à la campagne de désinformation et de censure menée par les médias MainStream aux USA et/ou ailleurs, dix de ces médecins américains de première ligne se sont exprimés indistinctement sur les mensonges proférés à l’occasion de la crise sanitaire issue de la pseudo-pandémie provoquée par la covid 19 pour créer et entretenir un climat anxiogène au sein de la population étasunienne divisée.

Soucieux de servir leur patrie dans l’exercice de la médecine de première ligne, tous clament haut et fort les dangers multiples et les conséquences néfastes liées au port du masque dans la société humaine que sont  la peur, l’hostilité, le clivage social, les problèmes civils et juridiques liés aux limitations des libertés fondamentales et par conséquent la perte de souveraineté nationale, constitutionnelle et conséquemment individuelle.

Tous sont unanimes et nous alertent mondialement tour à tour à leur façon :

– du fait qu’il existe un traitement combiné à l’hydroxychloroquine, à l’azithromycine et au zinc efficace contre le Corona Covid-19 lorsqu’il est précoce et du fait que le système de santé n’a pas été débordé (lire les interventions n° 1 du Dr. Simon Gold, n° 3 du Dr. Richardo Urso, n° 8 du Dr. Robin Armstrong et n° 9 du Dr. Mark McDonald)

– que la pandémie causée par le Covid-19 pourrait être considérée comme l’une des pandémies les plus bénignes du siècle dernier (lire l’intervention n° 2 du Dr. James Tadaro)

– que la presse propagandiste orwellienne, qui, fort de manipuler les émotions du grand public, se targue de nourrir à dessein un climat anxiogène en laissant les milliardaires, propriétaires des médias, comme Forbes et consorts, comme le directeur de l’OMS en la personne de Tedros Adhaom Ghebreysesus, la fondation Bill-en-Melinda-Gates, Bernard Arnault, Xavier Niel, Jacques Atalli, le patron de YouTube en la personne de Susan Diane Wojcicki, le patron de Google en la personne de Sundar Pichai, le patron de Facebook en la personne de Mark Zuckerberg, etc…, réécrire à notre insu l’histoire par la suppression d’articles « gênants » ou contraire à la pensée unique (lire l’intervention n° 2 du Dr. James Tadaro qui fait référence à son article censuré : « Pourquoi, l’Organisation Mondiale de la Santé a-t-elle simulé une pandémie ? »)

que le grand public a le pouvoir de rejeter la propagande en dirigeant leur colère vers les personnes qui mentent et que le citoyen lambda dispose de moyens d’actions pour remédier aux divisions sociales (lire l’intervention n° 1 du Dr. Simone Gold)

– que les patients atteints de covid 19 aux USA ont été laissés à eux-mêmes, confinés, sans traitement, mourants et placés inutilement sous ECMO (lire l’intervention n° 3 du Dr. Richardo Urso)

– que l’usage des tests PCR a faussé la réalité en l’assimilant à « une épidémie de cas » en juillet pour laquelle l’aspect de la mortalité n’a plus été révélé comme au mois de mars pour entretenir au sein du peuple américain le climat anxiogène (cf. le président de Tanzanie et les tests PCR positifs de la chèvre, de la caille et d’un asiminier)  et que nous sommes à la fin de cette pandémie (lire l’intervention n° 3 du Dr. Richardo Urso);

– que le port du masque est inutile et inefficace puisque les petits virus invisibles de 0,12 micron se faufilent, comme tant d’autres virus présents dans le fluide de l’air ambiant, à travers et autour du masque comme des balles de golf passent au travers un filet de tennis, que le port du masque est dommageable au développement psychologique harmonieux des enfants et que le mythe de son port obligatoire revêt ce vieil uniforme aux relents vert de gris et réveille en nous comme aux peuples les tristes souvenirs de bruits de bottes orwelliennes (lire l’intervention n° 4 du Dr. Lee Meritt)

– que le taux de mortalité dû au Coronavirus Covid-19 est 35 fois plus élevé aux USA qu’en Afrique subsaharienne voire en Inde conséquemment à la pratique de « la médecine à l’envers » qui semble en vogue aux USA voire dans les pays industrialisés comme la France, l’Espagne, la Belgique etc…) (lire l’intervention n° 5 du Dr. Jeff Michell)

– que les données du « Centers for Deseases Control and Prevention » révèlent que la survivabilité des malades de la Covid 19 de moins de 20 ans est de 99,97% et que les études scientifiques indépendantes confirment que les enfants ne transmettent pas ce virus aux adultes à risque (lire l’intervention n° 6 du Dr. Jeffrey Barke)

– que le traitement précoce et adapté à une des populations hispaniques, majoritairement diabétique et donc à risque, à proximité de la ville de Mexicali, a été efficace au point de ne déplorer aucune mortalité parmi les milliers de patients (environ 20.000 personnes) dont l’âge est compris entre 11 mois et 90 ans (lire l’intervention n° 7 du Dr. Bryon Tyson);

– que les enfants ont tous peur de ce que les adultes leur imposent depuis des mois dans le contexte sanitaire de la pandémie d’hystérie provoquée dans la psychose délirante fondée sur l’ignorance et la croyance fixe, fausse, contraire à la réalité (lire l’intervention n° 9 du Dr. Mark McDonald);

– que la solution réside dans l’exercice, le soleil, la vitamine D, le zinc, consiste à rejeter le masque, la distanciation sociale, l’isolement, le mensonge et surtout « la peur que certains semblent s’accorder depuis le début à qualifier de vertueuse » et exige enfin que nous recherchions la vérité dans ce courage moral qui pourrait animer chacun mais surtout des médecins quand ils dénoncent la propagande de la politique et la corruption (lire l’intervention n° 10 du Dr. X).

Retranscription de la conférence de presse :

 1) Intervention du Dr Simone Gold :

« Bonjour, Je suis le Dr. Simone Gold, je suis médecin urgentiste certifiée et fondatrice de « America’s frontline doctor’s (8) ». Je suis également avocate diplômée de l’université de Stanford et nous sommes revenus avec quelques membres du groupe pour la seconde « White coat summit » (5).

Nous sommes ici pour parler de l’Amérique comme nous l’avions fait le 27 juillet en apportant au peuple américain la vérité, l’espoir et l’optimisme. Et nous sommes ici pour vous apporter plus de vérité et plus de raisons d’être optimistes pour ne pas vivre dans la peur. Il y a encore un gros problème de désinformation ainsi que de pure et simple censure. Depuis notre dernier sommet, la censure s’est empirée et c’est pourquoi, nous avons créé un site web « America’s frontline doctors » où vous pouvez y retrouver la vérité, où elle n’est pas censurée. Vous pouvez également suivre la plupart d’entre nous sur les médias sociaux. Aujourd’hui, nous sommes venus vous informer sur les masques, les confinements, et le plus important, sur les traitements précoces.

Il y a des raisons d’être optimiste. Nous allons dissiper les mythes.

Je voudrais commencer par les masques et je commence par ça car il y a une crise juridique, une crise constitutionnelle que nous n’admettons pas. Et c’est dans une certaine mesure représenté par l’obligation forcé du port du masque. Ne tournons pas autour du pot, les faits ne sont effectivement pas contestés : les masques sont totalement inutiles pour bloquer le virus Sars-CoV2 (COVID19). Si vous en doutez, alors vous devriez regarder la séance d’éducation que nous avons donnée à propos du mythe sur les masques. J’encourage tout le monde à faire leurs propres recherches internet et à découvrir qu’avant mars 2020, il n’y avait aucun journal scientifique qui a affirmé que les masques pouvaient protéger d’un virus. Ce n’est simplement pas comme ça que ça fonctionne : un virus a la taille d’un millième de celle d’une section de cheveu. Gardez à l’esprit ce que notre Empereur Fauci (1) a dit quand on lui a demandé s’il était sûr que les masques étaient utiles. Maintenant rappelez-vous qu’il n’est pas nouveau dans le métier. Ce fut l’œuvre de sa vie pendant des décennies et c’est impossible que ce qu’il avait dit était une erreur. Et c’est impossible que le Sars-CoV2 soit différent des autres virus ARN dont il en a fait l’œuvre de sa vie. Le Docteur Fauci a déclaré : « Quand vous êtes au milieu d’une épidémie, le port d’un masque peut aider les gens à se sentir un peu mieux et il peut même bloquer une gouttelette, mais il ne fournit pas la protection parfaite alors que les gens pensent cela. Et souvent, il y a des conséquences indésirables ».

Voici ce que le New England Journal of Medecine, une revue médicale de premier plan a déclaré à propos des masques : « Il est clair que les masques ont un rôle symbolique. Les masques sont des « Porte-bonheur », qui peuvent contribuer à nourrir un sentiment de sécurité et de bien-être chez les praticiens de santé. Alors, bien que de telles réactions ne soient pas strictement logiques, nous sommes tous sujet à la peur et à l’anxiété surtout en temps de crise. Les protocoles étendus de port du masque peuvent contribuer à diminuer la propagation de l’anxiété ».

C’est ce que dit le New England Journal of Medecine.

Je vais être claire, mes compatriotes américains, les médias vous ont menti ! La propagande n’est pas un phénomène nouveau !

Thomas Jefferson a dit : « L’homme qui ne lit rien du tout, est plus instruit que celui qui ne lit que les journaux ! »

Et John F. Kennedy a souligné qu’il importe peu que la propagande ait un but sinistre, le grand ennemi de la vérité est, très souvent non pas le mensonge mais le mythe, persistant, persuasif et irréaliste.

De nos jours, les américains se divisent en trois groupes :

ceux qui reconnaissent la propagande,

ceux qui ont été convaincus par la propagande et

ceux qui s’en moquent.

Nous n’allons pas nous occuper de ceux-ci pour l’instant.

Mon message s’adresse aux adeptes des masques, qui n’ont pas encore réalisé qu’ils sont victimes de la propagande, et qui pensent aussi que ce n’est pas grave de forcer d’autres personnes à porter un masque.

En fait, les masques posent trois énormes problèmes !

– d’abord, l’obligation du port du masque encourage la peur et l’hostilité, c’est-à-dire qu’elles transforment la culture américaine : nous sommes moins amicaux, moins interactifs, plus hostiles, plus prompts à nous mettre en colère contre nos concitoyens ;

les masques sont très clivant sur le plan social : il y a la stigmatisation dans la honte des non-porteurs de masques devant l’étalage du bon citoyen méritant, porteur du masque ; elle réside dans de comportement ineffable du « conformisme social » et il y a la régence par les citoyens des trottoirs des avions et des restaurant ;

et en plus de l’hostilité, les masques induisent un sentiment palpable de peur, qui est totalement injustifié par les faits ; il y a de vrais êtres humains, qui croient qu’ils risquent de nuire aux autres s’ils ne portent pas le masque ; et c’est tragique.

– deuxièmement : l’obligation du port du masque pose un problème insurmontable civil et de liberté ; dans le système juridique américain, le gouvernement ne peut pas imposer le port du masque car tous les pouvoirs qui ne sont pas expressément attribués au gouvernement, appartiennent au peuple ;

le gouvernement n’a ni le droit ordinaire, ni le droit statutaire d’imposer le port de vêtements ;

toucher à un droit, qui appartient au peuple, est extrêmement dangereux !;

un de nos pères fondateurs, le quatrième président, James Madison a déclaré : « Il convient de réagir à la plus petite atteinte à nos libertés. Nous considérons que c’est le premier devoir des citoyens et l’une des caractéristiques les plus nobles de la révolution. Les hommes libres d’Amérique n’ont pas attendu que les usurpations du pouvoir se développent ! ».

– troisièmement : le port de masques est un problème de sécurité nationale ; si la plupart des citoyens de notre pays peuvent être si facilement persuadés de faire quelque chose, qui est si clairement contraire à notre propre Constitution, nos ennemis en prennent certainement note ; nous faisons littéralement part de notre faiblesse et de nos divisions sociales à nos ennemis !

Maintenant pour les américains qui ont vraiment peur, nous sommes des médecins, nous sommes là pour vous aider avec ces faits pour calmer votre peur ; d’abord les faits, ensuite l’émotion et enfin l’appel à l’action.

En premier, ce sont les faits.

Remarquez que ce que les experts ont dit pendant des mois est faux !

Il n’y a pas eu deux millions de morts.

Notre système de santé n’a pas été débordé.

Nous disposions de dix fois plus de respirateurs que ce dont nous avions besoin.

Presque tout le monde survit.

Et il existe un traitement à utiliser de façon précoce qui fonctionne !

Vous ne devez pas ignorer votre propre expérience de vie : s’il suffisait pour arrêter un virus de placer un mouchoir en papier sur votre face, nos ancêtres l’auraient compris, il y a des siècles, et votre grand-mère vous l’aurait enseigné

Le deuxième point est l’émotion.

Considérez ce que le président Jefferson a dit, il y a 200 ans, que les journaux ne sont que de la propagande et également, le président Kennedy a souligné plus tard qu’il importe peu que la propagande véhicule un mythe ou un mensonge. Kennedy a dit : « Ce mythe qui est persistant et persuasif, réalisez que ce n’est pas parce que vous croyez, ou sentez que quelque chose est vrai, que cela est vrai »

Il y a eu une campagne de propagande massive pour vous faire croire quelque chose, mais vous avez le pouvoir de rejeter cette propagande.

Une simple recherche sur Internet révèle qu’aucun scientifique n’a jamais cru qu’un masque et encore moins un bandana était efficace contre un virus, jusqu’à l’apparition du Covid19.

Le mythe des masques est issu des politiciens.

Et quand quelque chose se passe en politique, vous pouvez être sûr que cela poursuit un autre but que celui affiché.

Troisièmement : un appel à l’action.

Aux adeptes des masques qui sont en colère contre les personnes qui ne veulent pas porter de masque, je vous demande maintenant de doubler votre colère mais de la diriger vers les personnes qui vous ont menti !

Ce sont les gens qui sont en colère, qui ont le pouvoir de remédier aux divisions sociales.

Nous avons besoin que vous utilisiez votre colère à bon escient.

Libérez toute votre fureur sur le conglomérat des médias professionnels qui vous a menti et persiste dans le mensonge en le signant.

Et finalement, appel à l’action lancé à tous les américains : les soi-disant experts ne cessent de vous dire qu’un bandana peut arrêter un virus qui est 1.000 fois plus petit que l’épaisseur d’un cheveu.

Vous nous croyez stupides ? A tous les américains, nous disons :

« Nous ne serons plus dupes ! Le petit empereur est nu ! Merci ! »

2) Intervention du Dr. James Tadaro :

 » Oh ! Bonjour l’Amérique ! Je suis le Dr. James Tadaro. J’ai obtenu mon diplôme de médecine à l’université de Columbia à New York suivi de quatre ans d’internat. Sur ces mêmes marches, il y a trois mois, lors du sommet des blouses blanches, j’ai parlé de la censure de Big Tech : comment effaçait les articles scientifiques, comment YouTube et Facebook censuraient la médecine basée sur des faits.
Mais je ne suis pas ici pour vous parler de cela, et je ne suis pas ici pour parler de la censure pratiquée aujourd’hui.
Je suis ici pour vous parler de la suppression, et la réécriture de l’histoire.
A l’insu de beaucoup, les organisations de presse suppriment des articles du passé qui ne correspondent plus au narratif d’aujourd’hui, ce narratif de peur, de panique et de confinement.

Par exemple, en début de semaine, j’ai tweeté un article de Forbes (consultez le site : https://www.forbes.fr/classements/classement-forbes-2020-des-milliardaires-bernard-arnault-sur-le-podium/ ayant trait au magazine du classement des milliardaires).

Cet article s’intitulait : « Pourquoi, l’Organisation Mondiale de la Santé a-t-elle simulé une pandémie ? »

Il s’agissait d’une analyse cinglante de la réaction exagérée de l’Organisation Mondiale de la Santé de la grippe porcine, il y a dix ans.

L’article date de 10 ans. Je l’ai tweeté, d’accord ? Et en s’appuyant sur le contenu de cet article, la pandémie de Covid-19 pourrait être considérée comme l’une des pandémies les plus bénignes du siècle dernier.

Environ 12 heures après que j’ai tweeté cet article, Forbes l’a supprimé de sa base de données. Ce n’est pas Twittter qui l’a supprimé !

En fait, Forbes a effacé du jour au lendemain son propre article d’il y a 10 ans lorsque j’ai attiré l’attention sur lui.

Et cela continue, sans que l’on s’en aperçoive.

Ces organismes de presse effacent l’Histoire !

Cela devrait vous effrayer !

C’est directement tiré de « 1984 » de George Orwell (consultez le site : https://www.arte.tv/fr/videos/074580-000-A/george-orwell-aldous-huxley-1984-ou-le-meilleur-des-mondes/).

Nous devons nous insurger contre la censure du présent mais aussi tenir les organes de presse responsables de leur passé ! Merci ! »

3) Intervention du Dr. Richardo Urso :

« Merci, James. Merci, Simone. Je suis le Dr. Richard Urso, et je suis un ophtalmologue certifié par le conseil.
Et je fais partie des « médecins américains de première ligne ».

Et je me suis impliqué parce que, très tôt, dans cette « pandémie » (en pensant pseudo-pandémie), j’ai réalisé que nous avions un traitement pour ce virus.

J’ai travaillé dans le développement de médicaments et j’ai….

J’ai reconverti des médicaments pour les yeux, huit médicaments, et j’ai en fait développé un médicament qui a été breveté et je l’ai fait agréer par la FDA.

J’ai donc examiné attentivement la situation et je ne pouvais pas croire que nous allions laisser les patients sans traitement, mourir, être placé sous ECMO (signifie oxygénation par membrane extracorporelle et sous respirateur, le malade en détresse respiratoire sévère étant placé en décubitus ventral : consultez la source disponible sur le site: https://www.aphp.fr/actualite/oxygenation-par-membrane-extracorporelle-ecmo-pour-le-syndrome-de-detresse-respiratoire).

Cela n’avait aucun sens depuis le début.

Quiconque disait que cela avait un sens, au tout début de confiner, cela n’a jamais eu de sens !

Il était clair que nous avions un traitement !

Laissez-moi vous expliquer cela. Qu’est-ce que c’est ?

C’est un virus, n’est-ce pas ? Donc, nous avons une infection, une inflammation, des caillots de sang et des problèmes respiratoires.

Est-ce qu’un médecin sait comment traiter les inflammations ?

Tous les médecins le savent !

Est-ce que tous les médecins traitent les infections ? Tout le temps !

Est-ce que tous les médecins traitent les maladies vasculaires et les épisodes thrombotiques ? Absolument !

Peut-on soigner les problèmes respiratoires ?

Bien sûr, on peut !

OK ? Alors, c’est pour ça que tout ça était un mensonge dès le début ! D’accord ?

Alors laissez-moi vous redire que quiconque vous dit le contraire, c’est de la science-fiction ! Ce n’est pas de la science !

Et quiconque vous dit le contraire, si c’est un médecin, c’est de l’hypocrisie ! Ils ne sont pas conscients du serment d’Hippocrate, de la nécessité de prendre soin des patients et de s’assurer de leur éviter de mourir.

D’accord, donc, la prochaine chose dont je veux vous parler, c’est de ce qui se passe en ce moment, en termes de tests PCR et de ce que j’appellerais une « épidémie de cas ».

Alors continuons-nous à être dans une pandémie ?

Et ce que nous constatons ici, en ce moment, c’est que nous n’avons plus de pandémie.

J’ai un petit tableau ici, et je vais essayer de le mettre à votre disposition pour que vous puissiez le consulter.

Est-ce une pandémie ? Une pandémie est-elle éternelle ? Jamais !

Nos corps sont des choses étonnantes : ils combattent les virus, les bactéries, toutes ces choses.

Et ce que nous voyons historiquement, même quand nous n’avions pas d’armes aussi efficaces.

1918 – 1957, nous avons un grand pic, au début, beaucoup de gens sont malades, beaucoup de gens meurent.

Environ 110 jours plus tard, il y a un petit pic qui suit.

Et ici, vous voyez le grand pic en mars et un petit pic en juillet.

Et actuellement, nous sommes à la fin de cette période, la pandémie est terminée ! … » lire la suite de l’entretien après l’expérience suivante :

«Expérience effectuée sur le vif

ici, il est intéressant de consulter au réflexe les 3 premières sources proposées en priorité par Google sur base de la demande formulée de la façon suivante : « Courbes officiels des cas de mortalité dus au Corona COVID19 aux Etats-Unis et en Belgique » ; les sites sont :

1ère source : https://sante.journaldesfemmes.fr/fiches-maladies/2657799-coronavirus-monde-mort-deces-cas-carte-chiffres-courbe-bilan-covid-nombre-classement-record/

2ème source : https://sante.journaldesfemmes.fr/fiches-maladies/2657799-coronavirus-monde-mort-deces-cas-carte-chiffres-courbe-bilan-covid-nombre-classement-record/ – il s’agit du même site repris dans Google pour la seconde fois dans la promotion du « Journal des Femmes de Santé »

3ème source : https://www.lecho.be/dossiers/coronavirus/en-graphiques-la-belgique-et-la-2e-vague-de-coronavirus/10210534.html – il s’agit du site censé informer les entreprises avec le titre mentionné « Suivez les avis financiers et convocations d’assemblée »

Conclusion

les courbes sont présentées avec l’intention de fomenter la peur dans le public compte tenu que les textes et les graphiques ne tiennent compte que des cas de mortalité pris en compte sur l’aspect cumulatif et non pas comparatif avec les pandémies passées au fil du temps ; cette présentation fausse la perception de la réalité (fin de l’expérience) et constitue, en l’état, un aveu d’intention et de culpabilité de la part des propriétaires de médias tant écrite que parlée. Intéressant n’est-il pas ? Voulez-vous la reproduire ?

pour preuve, … lire la suite de l’entretien du Dr. Richardo Urso

« …D’accord ? Il y aura encore des gens qui tomberont malades et il y aura encore des gens qui mourront, mais pas en grand nombre.

Alors, où en sommes-nous maintenant ?

Que craignons-nous ?

Qu’est-ce qui provoque la peur ?

Ce qu’ils font, c’est qu’ils font un test appelé PCR et ils mènent tout cela par la peur parce que nous avons beaucoup de gens positifs !

Vous savez, certaines sont assez intelligentes pour ne pas le croire.

Le président de la Tanzanie a même testé une chèvre, une caille et un asiminier.

Et ils sont tous revenus positifs !

Et devinez quoi ? L’asiminier n’était pas malade.

(Rires d’une participante, rire d’autant plus hilarant que dans le fond de la vidéo, nous apercevons les deux policiers américains masqués qui écoutent malgré eux le speech de ces 18 médecins)

Alors, écoutez : voici ce que nous voyons, nous avons eu début mars, je sais qu’il peut être difficile de se concentrer sur le sujet.

Nous avons eu beaucoup de cas et beaucoup de gens sont morts.

Maintenant, nous voici à cette période de l’année, en septembre.

Beaucoup de cas. Vous voyez le rouge. Il y a très peu de rouge.

C’est parce qu’en gros, ils mènent ça par la peur.

Et ils essaient de nous faire croire que nous devons rester enfermés.

Les Pays-Bas, c’est ici, juste ici.

C’est la raison pour laquelle j’ai apporté ceci (à savoir : en pointant le graphique, côté droit) : regardez tous ces cas !

Et en gros, personne n’est en train de mourir ! Personne ! D’accord ?

Et ils se sont confinés ! En quoi cela a-t-il un sens ?

Nous savons que ça n’en a pas !

Alors, l’Amérique, sachez que nous avons des traitements, nous avons des choses qui marchent, nous pouvons traiter chaque effet de cette maladie ! Nous n’avons plus de pandémie, nous sommes à la fin de la pandémie !

Et cette peur, et cette répugnance, est due à ce test PCR qui donne en fait de faux positifs ? D’accord ?

Nous devons reprendre notre vie et revenir à la façon dont Nous savons que nous avons fait les choses dans le passé. Merci ! »

4)  Intervention du Dr. Lee Merritt :

« Merci ! Je suis le Dr. Lee Merritt. Je suis diplômée de l’université de Rochester, dans l’état de New York, en 1980.

J’ai effectué un internat en orthopédie et une bourse de recherche sur la colonne vertébrale.

J’ai servi pendant 10 ans comme chirurgien militaire et j’ai fait partie d’un comité du congrès qui s’est penché sur la technologie pour la marine.

Dans toute ma…. Et vous savez, je suis chirurgien de la colonne vertébrale, j’ai passé 40 ans de ma vie avec un masque.

Et je peux vous dire que dans toute ma carrière, comme le Dr. Gold y a fait allusion, personne n’a parlé de masque en tant que dispositif de protection contre les virus !

Cependant, je comprends pourquoi ils arrivent à convaincre les gens que ça fonctionne.

Parce que quand vous mettez un masque et que vous éternuez, vous pouvez dire que le virus s’accroche à ces particules d’éternuement.

Malheureusement, ce qui… ce qui rend les gens malades, ce qui transmet le virus, ce sont des petites particules que vous ne voyez pas.

Les grosses particules, que vous attrapez dans un masque, sont des virus morts.

Même si vous êtes malade de quelque chose, c’est un virus mort !

Ce sont les petits virus invisibles de 0,12 micron qui se faufilent à travers le masque, autour du masque.

C’est comme des balles de golf qui passent à travers un filet de tennis ! D’accord ?

Nos masques, même les meilleurs masques médicaux ne peuvent pas filtrer, ne peuvent pas vous protéger contre ce genre de virus à petites particules.

Et l’autre mensonge, c’est qu’ils voudraient vous faire croire que… vous transmettez cela aux gens parce que vous toussez sur eux.

Non ! Personne ne tousse sur les autres.

C’est quand la dernière fois que vous avez toussé sur quelqu’un ?

Ce qui se passe vraiment, c’est que si quelqu’un est malade et qu’il a ce virus, il se retrouve dans l’atmosphère, et tout le fluide…, le fluide de l’air ambiant…. Or, la fluidité de l’air est remplie de petits virus.

Nous les avons autour de nous, tout le temps.

Vous ne pouvez pas y échapper avec un masque !

Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas d’autres options.

Il y a des traitements comme nous venons de l’entendre.

Il y a aussi l’influence environnementale : il s’avère que l’humidité est très bonne contre cela.

Mais les masques ne permettent pas de contrôler les virus, ils vous contrôlent vous !

Et ils sont le… le plus grand mythe dans tout ça, c’est qu’ils ne seraient pas nuisibles.

On entend tout le temps les gens dire : « Bon, ils ne font peut-être pas grand-chose mais ils ne font de mal à personne ».

Si, ils en font ! En plus de ce qu’ils font à la société entière, dans son ensemble, en nous séparant, en nous isolant, pensez à ce qu’ils font à nos enfants !

Vous savez, les enfants ont besoin de voir des visages pour apprendre à être humain.

Savoir lire les visages fait partie des compétences nécessaires à l’humanité, à l’interaction entre les gens.

Nous sommes en train de créer une génération d’enfants, qui auront une peur incohérente des choses.

Un enfant de quatre ans ne comprend pas ce qui se passe.

Et nous sommes en train de créer une génération d’enfants qui ont peur de leur environnement !

Ce n’est pas une façon de construire une génération saine !

C’est un problème qui va se répercuter sur la génération suivante !

Nous devons y mettre un terme maintenant.

Nous devons reprendre notre pays.

Vous savez, c’est le plus…. Je pense que les masques ont l’air de ne pas être grand-chose. Ils ont l’air d’être un petit morceau de tissu doux sur votre visage. Quel est le problème ?

Le problème est qu’ils peuvent être doux et qu’ils peuvent avoir l’air bien.

Mais c’est la botte de George Orwell dans la face de l’homme, pour toujours si on ne s’en débarrasse pas ! Merci ! »

 

5) Intervention du Dr. Jeff Michell :

« Bonjour, je suis le Dr. Jeff Mitchell. J’ai pratiqué la médecine clinique au chevet des patients durant 39 ans, avant le virus du Covid.

J’ai été invité à parler ici, en juillet, alors que je préparais un voyage en Afrique. Et j’ai commencé à étudier.

Et j’ai remarqué que les taux de mortalité en Inde et en Afrique étaient bien plus bas qu’aux Etats-Unis.

Et cela a persisté de mai à juillet, et jusqu’à aujourd’hui.

Il s’avère qu’une personne a 35 fois plus de chances de mourir d’un coronavirus aux Etats-Unis qu’en Afrique subsaharienne où la malaria est endémique.

C’est la raison pour laquelle j’ai été invité à prendre la parole ici parce que le gouvernement ne tient pas compte de ces données.

Et nous voulons qu’il les examine afin d’apporter aux Etats-Unis la protection dont ces personnes bénéficient.

Je suis également avocat et j’ai remarqué en cours de route quelque chose de très inhabituel dans la façon dont cette pandémie a été traitée.

Et nous l’appelons « la médecine à l’envers ».

Vous l’avez tous vu ! Vous l’avez vu depuis le début.

On vous a dit : « N’allez pas à l’hôpital, n’allez pas chez votre médecin, restez chez vous, prenez du Tylenol ! Peut-être que si vous êtes vraiment malade, vous pourrez aller à l’hôpital ».

Et toute cette idée de « Vous n’avez pas besoin de diagnostic, vous n’avez pas besoin de traitement », c’est simplement à l’envers de la façon dont la médecine a toujours été pratiquée, dès le début.

Et en fait, cette incapacité à diagnostiquer, cette incapacité à traiter, c’est ce qu’on appelait autrefois de la « négligence médicale ».

C’est complètement rétrograde et à l’envers. Et il faut récupérer la médecine ! Nous devons laisser les médecins être des médecins !

Nous devons permettre aux médecins d’avoir une relation avec les patients et de traiter les patients et ne pas laisser la médecine être contrôlée par des bureaucrates, par les conseils d’administration de laboratoires pharmaceutiques, par les procureurs généraux, par les procureurs fédéraux ! Nous devons remettre la médecine dans les mains des médecins parce que nous avons des traitements. Et il y a des raisons d’espérer et d’être optimiste, parce que nous avons des traitements contre le coronavirus. Merci !

 

6) Intervention du Dr. Jeffrey Barke :

« Bonjour. Je m’appelle Dr. Jeffrey Barke, je suis un médecin de soins primaires certifié. Je suis en pratique privée depuis plus de 25 ans. Je suis également un ancien membre élu du conseil scolaire du « Los Alamitos Unified School District » pendant 12 ans et le co-fondateur et actuel président d’une nouvelle école publique gratuite à charte dans le comté d’Orange en Californie, appelé « Orange Country Classical Academy ».

Je suis ici ce matin pour vous parler des enfants de nos écoles.

Nous devons mettre fin à la peur inutile que, nous les adultes, avons imposés à nos enfants.

Les données du CDC (Centers for Desease Control and Prevention) et la science montrent que chaque école en Amérique devrait être ouverte.

Les données sont claires sur le site web du CDC : si vous avez moins de 20 ans, la survivabilité des malades au Covid-19 est de 99,997%.

Qu’est-ce que cela signifie ?

Si vous regardez les certificats de décès, les numéros de décès aux Etats-Unis sont les moins de 15 ans, il y a eu 72 décès d’enfants aux Etats-Unis. Maintenant, chaque décès est une tragédie mais mettons les choses en perspective : chaque années, plus de 600 enfants meurent dans les accidents de la route ; chaque année, plus de 350 enfants se noient ; chaque année, au cours de la dernière saison 2019-2020, la grippe a coûté la vie de 125 enfants ; le cancer tue plus de 1.800 enfants chaque année.

Je suis donc ici pour vous dire qu’un enfant qui va à l’école risque davantage de mourir d’un accident de voiture que du covid 19.

Surtout, l’idée d’une manière ou d’une autre, nos enfants transmettent ce virus à des adultes à risque n’est tout simplement pas vrai.

Plusieurs études ont été publiées récemment notamment dans « The Atlantic » où ils ont examiné 200.000 enfants dans 47 Etats, la conclusion est : les enfants tombent rarement malades et ils ne transmettent pas ce virus aux adultes à risque.

Il existe une étude allemande portant sur plus de 2.000 élèves dans 13 écoles. Et ce que cela a montré, les auteurs ont conclu qu’en fait, les enfants agissent comme un frein à la propagation du virus aux adultes.

Et puis récemment, une étude de Yale a été publiée, 50 états, 50.000 centre de garde d’enfants. Ces enfants ne portaient pas de masque et il n’y avait aucune preuve que ces enfants tombaient malades ou transmettaient ce virus aux adultes. Le résultat final est donc le suivant : les écoles aux Etats-Unis doivent être ouvertes ; la crainte que ce virus cause plus de dommages que le virus lui-même avec une anxiété accrue, une augmentation du suicide, une augmentation de la dépression ; nous devons ouvrir les écoles et nous devons cesser de répandre une peur inutile à nos enfants, merci. »

 

7) Intervention du Dr. Brian Tyson :

« Bonjour. Je m’appelle Dr. Brian Tyson, je suis un médecin de famille certifié. J’ai plus de 14 ans d’expérience dans le domaine de la médecine urgentiste et de la médecine hospitalière. Nous avons ouvert notre propre service de soins d’urgence il y deux ans et demi dans la communauté rurale de la vallée impériale el centro.

Nous étions au cœur de la pandémie avec l’une des populations les plus à risque du pays en raison de notre importante population euh hispanique et diabétique. Nous avons une frontière avec la ville de Mexicali qui compte 1,5 millions d’habitants.

Nous avons pris le coronavirus de front, nous avons vu plus de 20.000 patients en personne.

Nous avons traité ce virus très tôt, nous avons traité ce virus de manière agressive.

Et nous n’avons eu qu’une seule hospitalisation et aucun décès.

Zéro mort, car nous n’allions pas rester les bras croisés et laisser les gens mourir sans traitement.

On nous a dit d’arrêter les tests, on nous a dit d’arrêter de prescrire.

Mais nous ne l’avons pas fait et nous continuons à traiter aujourd’hui et nous avons traité plus de 1.900 patients positifs.

Nous avons traité des patients âgés de 11 mois à 90 ans.

Nous avons traité les patients dont l’oxymétrie du pouls était inférieurs à 90% avec des radiographies du thorax rempli d’inflammation et de liquide. Nous les avons renvoyés chez eux avec un traitement.

Nous avons réévalué ce traitement.

Et chacun d’entre eux a survécu.

Je suis ici pour vous dire qu’au début, nous avions tous peur.

Mais mon personnel et moi-même, après avoir vécu cette expérience et avoir vu les choses en face, nous n’avons plus peur.

Nous pouvons retourner à l’école, nous pouvons retourner au travail, Nous pouvons retourner à la vie.

Et nous pouvons redevenir américains, nous n’avons pas besoin de laisser la peur nous prendre notre liberté (Tape dans la main de son voisin) ».

 

 

8) Intervention du Dr. Robin Armstrong :

« Bonjour. Je m’appelle Dr. Robin Armstrong, je suis un médecin interne certifié qui possède mon propre cabinet au Texas. Je m’occupe des patients hospitalisés et je m’occupe également des patients des maisons de repos.

Dans mon hôpital, j’ai traité des patients avec du Remdesivir, avec du… (Dactimira ?), avec de la dexaméthasone en intraveineuse avec du plasma de convalescence. Nous avons vu beaucoup de patients mourir, nous avons vu certains de ces patients aller mieux. Mais dans mon cabinet médical de maison de repos, nous avons eu l’occasion de traiter et de traiter avec succès les résidents de nos maisons de retraite grâce à un traitement sûr et peu coûteux.

Nous avons utilisé de l’hydroxychloroquine, de l’azithromycine et du zinc.

Et ces patients se sont améliorés.

Il s’agissait de patients fragiles, des personnes âgées très malades qui se sont améliorées grâce à ce régime de traitement.

Aujourd’hui, les médias, et beaucoup de faux médecins à la TV vous diront que l’hydroxychloroquine est dangereuse.

Et je suis ici pour vous dire que c’est un mensonge absolu !

Les médias ont menti et des gens en sont morts !

Le président des Etats-Unis a été soigné très tôt avec un autre traitement que l’opération Warp Speed a rendu possible.

Un traitement précoce est la clé !

Et il existe une alternative peu coûteuse.

Nous sommes ici, aujourd’hui, pour dire que le Covid 19 ne tue pas forcément !

Il existe une thérapeutique contre le Covid 19 avec laquelle vous pouvez être traité, si vous êtes traité très tôt.

Et il n’est pas nécessaire de rester dans la peur plus longtemps. Merci ! »

 

 

9) Intervention du Dr. Mark McDonald :

« Je suis le Dr. Mark McDonald. Je suis psychiatre pour enfants et adolescents et je travaille à West Los Angeles.

J’ai vu des centaines et des centaines d’enfants depuis le début de l’année 2020. Ils ont tous peur !

Il y a des années, un de nos présidents a dit : « Nous n’avons rien à craindre d’autre que la peur elle-même ! »

Comment en sommes-nous arrivés là, à : « Nous devons avoir peur ! La peur, c’est bien ! La peur est obligatoire, et pire que tout, la peur est vertueuse ! »

Eh bien, un pas dans cette direction a été fait ces derniers mois lorsque j’ai commencé à remarquer un phénomène très étrange et troublant : non seulement, les américains ont eu peur, mais ils ont été infectés par une pandémie, une pandémie d’hystérie !

Je ne parle pas du virus, je parle de psychose délirante.

Un délire est une croyance fixe, fausse, contraire à la réalité.

Les américains, aujourd’hui, croient que nous devons garder nos entreprises fermées, que nous devons garder nos enfants à la maison, que Nous devons porter des masques sur nos visages et nous isoler des autres êtres humains afin de nous maintenir en vie.

C’est faux ! C’est un mensonge ! Et ça nous tue !

Cela nous tue physiquement, mentalement, socialement et psychologiquement.

C’est en train de tuer notre pays et cela doit cesser !

Que faisons-nous à ce propos ? Comment pouvons-nous changer cela quand les gens dans l’ascenseur vous demandent de partir, quand les hôtesses de l’air vous disent de descendre de l’avion parce que vous avez bu de l’eau pendant trois ou quatre minutes sans votre masque, quand Uber nous dit que nous devons nous prendre en photo avec un masque pour avoir le droit de monter dans un véhicule ?

Nous sommes en train de perdre notre pays !

La solution, je crois, est de rejeter les masques, de rejeter la distanciation sociale, l’isolement, les mensonges.

Et surtout, c’est de rejeter la peur comme étant vertueuse !

La peur n’a jamais été vertueuse ! Elle n’a jamais été bonne !

Elle n’a jamais aidé personne !

La vérité et le courage sont nos alliés dans cette bataille, pas la peur !

Alors, rejetons la peur, embrassons un traitement précoce, l’exercice, le soleil, la vitamine D, le zinc, l’hydroxychloroquine… (question personnelle : et pourquoi pas les tisanes quotidienne à l’Artémisia comme dans toutes les écoles à l’île de la Réunion ? réponse : parce que cette plante peu coûteuse est par conséquent sujet tabou dans nos régions plus tempérées où elle ne pousse pas ?) ont montré leur efficacité et c’est prouvé de façon irréfutable par la science et non pas par la propagande, ni par la politique, ni par la corruption.

Et prenons en compte que, les pensées et les sentiments qui vont dans la bonne direction ne suffisent pas. Il faut agir !

Nous devons agir face à, et en dépit de notre peur et faire ce qui est juste. Et puis, nous pouvons nous en sortir, nous pourrons aller de l’avant ? nous pourrons reprendre notre pays, nous pourrons reprendre nos libertés civiles, nous pouvons reprendre notre santé ! Merci ! »

 

10) Intervention du Dr. X :

« Merci. Je suis fière d’être ici en tant que médecin. Et je vais lancer un appel direct à mes collègues médecins. Il s’agit d’un appel personnel de médecin à médecin.

Ce que disent les têtes parlantes des médias n’a aucune importance !

Ils n’ont pas fait d’études de médecine !

Ils n’ont pas fait d’internat !

Ils ne voient pas de patients !

Ils voient des symboles de l’argent et ils voient leur propre suffisance.

Mes chers collègues médecins, notre pays est en crise et il y a des forces qui utilisent les médecins comme des outils dans leurs jeux de guerre.

En tant que médecin urgentiste certifiée, travaillant cliniquement en première ligne jusqu’à ce que je sois renvoyée pour m’être exprimée, je n’étais pas différente de vous.

Les médias voudraient dire que j’étais différente mais vous savez, je suis vous.

Les pouvoirs, qui contrôlent la médecine, ont fixé les règles et la plupart du temps, nous, les médecins, nous la respectons.

Il n’est pas possible de résister à la force écrasante du gouvernement.

Et pourtant, seuls parmi les êtres humains, nous avons fait le serment d’aider les autres êtres humains.

Nous exerçons vraiment la plus noble des professions.

Je vous demande maintenant de regarder au plus profond de vous-même et de vous souvenir de la fierté que vous ressentez lorsque vous aidez quelqu’un.

Je vous dis maintenant, mes pairs médecins, que les preuves, que le traitement précoce fonctionne, sont accablantes.

Vous êtes un médecin !

Vous devez regarder la science vous-même !

Vous n’êtes pas autorisé, de par un serment que vous avez prêté vous-même, à suivre les ordres d’une autre personne qui vous a dit que cela ne fonctionne pas.

Ni le CDC, ni le NIH (National Institutes of Health), ni la FDA (Food and Drugs Adminsitration), Ni le Dr. Fauci, ni le Dr. Burks, ni le Dr. Redfield !

Il y a près d’un million de médecins dans ce pays.

Chacun d’entre nous a l’obligation morale et éthique d’honorer un serment que nous nous sommes fait à nous-mêmes.

La science est là et les résultats sont irréfutables : le traitement précoce fonctionne !

Et vous ne pouvez pas vous dire médecin si vous ne suivez pas les preuves vous-même.

Je ne vais pas spéculer ici sur les raisons de cette censure.

Cependant elle existe, vous devez le savoir : sur notre site web « America’s frontline doctors », les informations sur les traitements précoces, la corruption scientifique, les inexactitudes des tests, les mythes des masques, la pratique de la médecine à l’envers, les enfants à l’école, les personnes âgées fragiles et plus important encore « comment surmonter la peur » peuvent toutes être trouvées sur notre site web, dans les vidéos que de nombreux médecins ont faites, tel un cadeau au peuple américain, en offrant leur temps et leur énergie.

Il n’y a aucune raison de vivre dans la peur !

Tous ceux qui regardent cette vidéo connaissent de nombreuses personnes qui s’en sortent très bien grâce à un traitement précoce, y compris notre président. Même les patients de plus de 70 ans ont un taux de réussite de 95% contre le virus. Mais la vérité est que ce taux pourrait être pratiquement de 100% avec un traitement précoce.

Plus important encore, lorsque les médecins commenceront à annoncer au public, la bonne nouvelle d’un traitement précoce, le public nous croira, nous, les médecins.

Les patients savent que nous voulons seulement les aider ; nous ne sommes pas le gouvernement.

Maintenant, médecins, il est difficile pour quiconque d’admettre avoir fait fausse route.

Je ne connais pas de moyen facile d’apaiser son ego.

Ce n’est facile pour personne et c’est deux fois plus difficile pour un médecin. Pourtant, vous devez le faire !

Le destin de la nation repose entre les mains d’un million d’entre nous qui ont l’intellect et le savoir pour dire : « Assez de mensonges ! »

Il y a longtemps, vous avez fait le serment qui existe depuis des siècles.

Votre serment s’adresse à vos patients et à votre propre conscience.

Vous devez respecter ce serment !

Vous ne pouvez pas simplement vous contenter de suivre les ordres !

Il est honteux que les informations sur les traitements précoces soient censurées.

Mais en tant que médecin, vous pouvez lire les journaux vous-même.

Vous pouvez regarder les vidéos ici.

Vous n’êtes pas censuré.

Dans ces moment difficiles, l’Amérique vous appelle à la servir.

Il ne s’agit pas de politique ! Il s’agit d’une pensée de groupe.

La façon dont vous pouvez servir l’Amérique, c’est de lire, de regarder, d’apprendre, de rejeter la pensée unique.

Nous, médecins, connaissons bien le vieil adage : « Voir un, faire un, enseigner un ».

Vos collègues médecins, les médecins de première ligne de l’Amérique vous ont apporté les preuves à connaître.

Aujourd’hui, vous devez les voir !

Vous devez lire, regarder, apprendre !

Demain, vous devrez faire ! Traiter un patient correctement, honorablement.

Et le lendemain, vous devrez enseigner ! Enseignez à un autre médecin ou à un patient ce que vous savez.

« En voir un, en faire un, en enseigner un ! » Nous le savons bien.

De cette façon, nous allons guérir notre nation.

A tous les américains, quand vous êtes malades, qui appelez-vous ?

Appelez-vous le CDC, le NIH, la FDA ? Non !

Vous appelez votre médecin. Ne faites pas confiance à une agence bureaucratique qui censure votre médecin !

Allez sur notre site web, informez-vous, puis allez voir votre médecin, en sachant qu’un traitement précoce existe.

Les masques sont inefficaces ! Et si votre médecin répond par la peur, il vous faut un nouveau médecin.

Un médecin qui respecte le serment d’Hippocrate, un médecin américain de première ligne !

Chers collègues et amis, si vous êtes un vrai médecin, un guérisseur, vous vous lèverez et ferez votre devoir ! Vous honorerez votre serment ! Vous ne vous contenterez pas de suivre les ordres ! Un traitement précoce existe ! Traiter vos patients ! Quand vous traiterez vos patients, vous guérissez l’Amérique !

Nous sommes les médecins de première ligne de l’Amérique.

Nous le disons fièrement sur le devant de nos vestes !

Si nos collègues se retournent, vous verrez. Nous vous avons vu arriver … retournez-vous (les 18 médecins se sont retournés pour montrer les mentions faite sur leur blouse blanche : « AMERICA’S FRONTLINE DOCTORS ») … et partir (les médecins reprennent leur poisition).

Nous vous soutenons de l’avant à l’arrière.

Nous sommes là pour vous !

Dieu bénisse l’Amérique. »