Documentaire d’Alexandre Chavouet :

Documentaire sur « Odysee »,  chaîne « Vivre sainement » : https://odysee.com/@Vivresainement:f/mal-traites-le-documentaire-choc-sur-la-covid-19:9?r=5WdZLpmPQvwJ1ZHtFPShfM93kc2Tqy7w&fbclid=IwAR1gISgjOoJGKimDtWygRqLM1NFgle-JJbeFxe8_m1BmN4hULVo3tcmaiOs

Ce documentaire comporte deux volets :

  1. Un historique des aberrations pharmaco-sanito-politiques de l’épidémie et des enjeux financiers qu’elle révèle
     
  2. La présentation des traitements efficaces contre la covid 19 laissés dans l’ombre par les gouvernements, l’importance de l’immunité, des carences, du terrain, de la nutrition, de la micro-nutrition, des remèdes naturels qui ont démontré, études à l’appui, leur efficacité.

Intervenants :

  • Dr Jean-Jacques Erbstein, généraliste, auteur du livre, « Je ne pouvais pas les laisser mourir ! – Le cri d’un généraliste en guerre. », JDH Éditions
  • Dr Denis Gastaldi, généraliste
  • Pr Didier Raoult, IHU Méditerranée Infection à Marseille
  • Pr Christian Perronne, infectiologue au CHU Raymond-Poincaré de Garches, spécialiste de la maladie de Lyme, auteur du livre, « Y a-t-il une erreur qu’ils n’ont pas commise ? – Covid-19 : l’union sacrée de l’incompétence et de l’arrogance. », éd. Albin Michel
  • Christian Estrosi, maire de Nice
  • Dr Éric Ménat, généraliste, spécialiste en nutrition et phytothérapie
  • Dr Mandeep Mehra (étude publiée au Lancet)
  • Dr Philippe Douste-Blazy, ancien ministre de la santé
  • Éric Chabrière, biologiste, IHU Méditerranée Infection
  • Pr Michael Holick, endocrinologue, professeur de médecine, expert en vitamine D à la Boston University
  • Dr Claude Lagarde, docteur en pharmacie, biologiste, expert en micronutrition
  • Pr Vincenzo Castronovo, Médecine Préventive Micro-nutritionnelle et Fonctionnelle, Université de Liège (Belgique)
  • Dr Dominique Baudoux, docteur en pharmacie, directeur du Collège International d’aromathérapie
  • Pr Éric Annweiler, chef de service gérontologie, CHU d’Angers
  • Dr Anthony Cardillo, spécialiste en médecine d’urgence (USA)
  • Dr Pierre Kory, pneumologue, directeur d’unité de soins intensifs (USA), traitement par injection de vitamine C

Traitements préventifs et curatifs contre la covid 19 :

Hydroxychloroquine, azythromycine, vitamine D3, vitamine C, zinc, Colchicine (générique), Ivermectine (Mylan), Fluvoxamine maleate, Artémisia annua, Ravintsara, Laurier noble, etc., autant de remèdes et/ou de préventions efficaces rejetés par la doxa scientifique.

Quelques points clefs :

Dérive des sociétés pharmaceutiques, complicité des experts en conflit d’intérêts, scandales du VIOXX (qui aurait rapporté 12,5 milliards de dollars à Merck).

  • Scandale du Mediator (Servier) qui a conduit l’AFSSAPSà être rebaptisée ANSM.
  • Scandale du Tamiflu (Roche, 100 millions d’euros déboursé par la France en 2009 lors de la grippe A/H1N1) inefficace et toxique, déjà interdit au Japon après avoir causé la mort d’adolescent et d’enfants.
  • Positionnement d’Abvie, de Gilead sur le marché du coronavirs.

___

Utilisation de l’hydroxychloroquine (HCQ) en dehors de la France avec succès : Italie, Portugal, Grèce, Maroc….

  • Interdiction par décret de l’HCQ par le Dr Olivier Véran, ministre de la santé, le 27 mars 2020, donc interdiction au généralistes de prescrire alors qu’ils sont en première ligne, là où il est encore temps de traiter les malades.
  • Dangerosité de l’HCQ pointée du doigt, alors qu’elle est hors contexte dans le cadre d’un traitement de courte durée (dix jours), alors qu’on connaît cette molécule de longue date et qu’elle est prescrite par milliards de cachets dans le monde et que certains patients en prennent pendant des années.
  • HCQ est cataloguée dans les substances vénéneuses en janvier 2020 par Agnès Buzin, alors ministre de la santé.
  • Etude de 2009 de la Haute autorité de santé (HAS) qui démontrait la sûreté de l’HCQ.
  • Scandale de l’étude bidon du Lancet et son retrait, le 4 juin 2020.
  • Etude DISCOVERY qui fut arrêtée alors que l’HCQ montrait des résultats très encourageants (!).

___

Le remdesivir (Gilead), 2000 euros la dose, a quant à lui, bénéficié d’une demande de prolongation des essais.

  • Juillet 2020, le remdesivir obtient une mise sur le marché temporaire de l’UE et de la France, cela sans preuve de son efficacité et avec une toxicité sur les reins et le foie.
  • le 8 octobre 2020, l’UE signe l’achat de 500.000 doses de Remdesivir pour plus d’un milliard d’euros.
  • En même temps, l’OMS publie les résultats de son essai SOLIDARITY : le Remdesivir ne sauve pas la moindre vie et n’accélère pas la guérison des malades.
  • Il y a une foule d’études qui démontrent l’efficacité de l’HCQ.

___

 Les pays qui ont interdit l’HCQ sont ceux qui sont le plus sous l’influence de l’industrie pharmaceutique.

  • Les menaces anonymes à l’encontre du Pr Raoult … au final issues de la personne qui avait reçu le plus d’argent de Gilead depuis six ans (!).
  • Selon le journal Sciences et Avenir, 85 % des spécialistes français les plus reconnus des maladies infectieuses ont touché de l’argent de Gilead(18,5 millions d’euros depuis 2013).
  • Les fluctuations boursières de Gilead en fonction de la popularité de l’HCQ (!).
  • Le Dr Karine Lacombe, qui a reçu plus de 200000,00 euros des labos, 28000,00 euros de Gilead, se positionne contre l’HCQ sur les plateaux télé.
  • Les médias qui ne font pas leur travail en déclarant les liens des experts avec les labos.
  • Le contre-pouvoir qui n’existe pas et tous les experts qui vont dans le sens des labos les plus riches et des médicaments susceptibles de rapporter le plus.
  • Les membres du conseil scientifique en lien avec Gilead.
  • Les magouilles de l’industrie pharmaceutique commencent à sauter aux yeux du commun des mortels.

___

Les molécules ignorées pourtant efficaces contre le SARS-CoV-2 : la Colchicine (générique), l’Ivermectine (Mylan), la Fluvoxamine maleate, tous trois ayant fait leurs preuves dans des études contrôlées avec placebo.

Les remèdes naturels : la vitamine D3, au coeur d’une quarantaine d’études scitifiques aux résultats si spectaculaires contre la covid qu’on pourrait ne pas le croire. En prévention, elle permettrait de réduire de moitié le nombre d’infections au(x) coronavirus. Elle aurait pu sauver la vie de milliers de malades hospitalisés.

___

Le Pr Michael Holick, endocrinologue, professeur de médecine, est à l’origine de plusieurs études portant sur l’action de la vitamine D contre le coronavirus [il faut s’interroger sur l’origine de notre carence chronique en vitamine D, depuis quelques années maintenant]. La vitamine D intervient dans l’amélioration d’une foule de maladie comme Alzheimer, la sclérose en plaque, en agissant sur une foule de réactions du système immunitaire.

  • La publication du 22 mai 2020 de l’Académie de médecine concernant l’utilité de l’administration de la vitamine D aux malades de la covid pour atténuer la tempête inflammatoire et ses conséquences. Une information qu’aucun média ni autorité sanitaire n’a relayée (!).
  • Une carence en vit. D augmente de 54 % le risque de contracter le covid, selon une étude aux États-Unis initiée par l’équipe du Pr Holick sur 191000 patients atteints de covid-19. Les résultats ont été publiés le 17 septembre 2020 dans le journal médicale PLOS ONE. Au delà de 40 ans, les patients carencés en vit. D présentaient un risque létal face à la covid de 50 % supérieur.
  • 40 % de la population mondiale est carencée en vitamine D, 80 % en France et le plus touchées sont les personnes âgées.
  • Seule l’Angleterre a décidé de distribuer de la vitamine D à 2 millions de personnes âgées.

___

Les oligo-éléments : le zinc. Il intervient dans 200 réactions chimiques dans le corps. Il est responsable du renouvellement cellulaire, de la réparation du corps. Des études montrent qu’il agit contre le coronavirus, en fait il stimule le système immunitaire et réduit la gravité des infections virales. On le sait depuis longtemps et des vieux médecins ont appelé le Dr Jean-Jacques Erbstein pour lui conseiller le zinc, car autrefois lorsque des enfants tombaient malades, on leur prescrivait du zinc et du cuivre.

  • On sait que dans les EHPAD, les personnes âgées sont à 50 % carencées en zinc.
  • Les grands spécialistes hospitaliers et les experts n’ont pas cette culture. La seule prévention que les experts connaissent des maladies infectieuses, ce sont les vaccins(!).

___

La vitamine C. Les injections de vitamines C [à hautes doses] ont montré leur efficacité sur les patients victimes d’infection respiratoire et de septicémie. Ce traitement n’a trouvé aucun écho dans les médias.

  • Le Dr Pierre Kory, pneumologue, directeur d’unité de soins intensifs (USA), a traitéses patientspar injection de vitamine C à hautes doses. Les résultats obtenus par la vitamine C sont pour le moins spectaculaires puisque, dans les cas de septicémie, les patients survivent avec moins de destruction des organes, notamment les reins. Seulement 15 % à 20 % des médecins aux soins intensifs l’utilisent. Pourquoi ? Dans la médecine allopathique, il y a un énorme parti-pris contre les vitamines (non scientifique et inconvenant). Il y a un malentendu au sujet de la nature du traitement, car il ne s’agit pas de donner quelques comprimés aux patients. Il y a l’obsession de faire des essais randomisés contrôlés pour apporter des preuves définitives. Et ces essais existent et démontrent que la vitamine C a eu des effets bénéfiques sur le taux de survie.

___

En prévention, vitamine D, vitamine C et zinc sont utiles pour consolider le système immunitaire.

  • La gravité n’est pas liée au virus, mais au terrain qui lui permet de se développer.
    À aucun moment on a dit aux Français : « stimulez votre immunité » [Certes, mais même en leur disant ils ne savent pas comment le faire !].

___

L’entretien de la peur par les médias et le pouvoir qui, avec le stress [cortisol] fait chuter les défenses immunitaires, car le stress hyper-consomme nos réserves micro-nutritionnelles.

  • La toute nouvelle prévention anglaise contre la malbouffe..
  • La toxicité du sucre..
  • L’hygiène alimentaire peut faire la différence.
  • « Le grand public doit être informé immédiatement qu’il lui faut réduire le sucre, les glucides transformés et la malbouffe et se mettre à consommer des produits bruts [non transformés] riches en légumes, fruits, noix, graines, avec beaucoup de protéines, de légumineuses, de poisson, œufs, pour améliorer sa santé en quelques semaines et l’aider à se protéger contre le nouveau coronavirus. »(Dr Aseem Malhotra, European Scientist).

___

 « Que ton alimentation soit ta première médecine. » (Hippocrate, 460-370 av. J.-C.) Notre alimentation est censée nous apporter les nutriments et micronutriments dont nous avons besoin pour vivre..

  • L’intestin contient 60 % de nos cellules immunitaire. L’alimentation joue un rôle majeur sur notre immunité.

___

La phytothérapie (les plantes). Bon nombre de principes actifs sont issus des plantes. Le Pr Perronne a découvert la phytothérapie à travers ses malades (!). Les Chinois ont fait appel à la médecine traditionnelle chinoise contre le covid. Artémisia annua, scutellaria… ont été utilisées.

___

L’aromathérapie. La Ravintsara (huile essentielle issue de Madagascar) est le plus grand antiviral que la nature a créé. C’est un antiviral puissant et un immunostimulant. Elle est tellement connue en aromathérapie qu’elle fut en rupture de stock durant l’épidémie. L’infectiologie est le terrain de prédilection des huiles essentielles, tant viral que bactérien ou fongique.

  • 500000 décès dans le monde liés à l’antibiorésistance. Une solution est de mélanger une huile essentielle à un antibiotique, car cette huile va créer une faille dans les remparts où le microbe est allé se réfugier. L’huile essentielle est en elle-même antibactérienne, elle n’est pas seulement un ouvre-porte pour antibiotiques.
  • Néanmoins, les huiles essentielles ont été discréditées dans les médias pendant l’épidémie de coronavirus.
  • Or, dès 2008, on savait que le Laurier noble avait une activité in-vitro contre le SARS-CoV1, responsable de l’épidémie de SRAS en 2003. Les huiles essentielles n’étant pas brevetables, on ne fait pas d’étude dessus.