Que se passe-t-il en ISRAEL ?

1) Un chirurgien de l’hôpital de Laniado a été licencié pour avoir refusé le vaccin COVID-19 : https://www.francesoir.fr/politique-monde/israel-un-chirurgien-de-lhopital-de-laniado-licencie-pour-avoir-refuse-le-vaccin-0

2) La Cour pénale internationale de La Haye a accepté la plainte pour violation du code de Nuremberg par le gouvernement israélien : https://guyboulianne.com/2021/03/12/covid-19-la-cour-penale-internationale-de-la-haye-a-accepte-la-plainte-pour-violation-du-code-de-nuremberg-du-gouvernement-israelien/

3) Ilana Rachel Daniel, active à Jérusalem en tant que conseillère sanitaire et chargée d’information pour un nouveau parti politique (Rappeh) dans une entrevue avec Flavio Pasquino (studio de BLCKBX).

Ilana Rachel Daniel lance un SOS, VÉRITABLE CRI DE DÉTRESSE, depuis Jérusalem, capitale d’Israël. À une vitesse record, le gouvernement Israélien tente de vacciner toute la population – y compris les femmes enceintes et les jeunes enfants – contre le covid.
“Les droits civils sont mis de côté et les gens ne peuvent participer à nouveau à la société qu’après avoir été vaccinés”, a déclaré Ilana à Flavio Pasquino dans le studio de BLCKBX sur un LIVE.
Ilana parle du Passeport Vert, du “Bracelet de la Liberté”, du vaccin ARNm et des violations des droits de l’homme.
“Cela rappelle actuellement l’Holocauste”, a déclaré cette femme Juive qui a émigré des États-Unis à Jérusalem il y a 30 ans.

Cliquez sur l’image pour voir la vidéo

Traduction francophone orale : https://www.infovf.com/video/sonnette-alarme-sur-passe-israel–8315.html

4) Dans cette vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, une citoyenne israélienne lance un appel à l’aide : « Nous sommes les prisonniers de notre propre pays ! ».

Cliquez sur l’image pour voir la vidéo

 

5) Entretien entre l’avocat allemand Reiner Fuellmich et l’avocat israelien Tamir Turga

Cliquez sur l’image pour voir la vidéo

6) Un résident Israélien sonne l’alarme !

Cliquez sur l’image pour voir la vidéo

7) Article du New York Times par Isabel Kershner – 18 février 2021 :  « Avec la réouverture d’Israël, celui qui ne sera pas vacciné sera laissé pour compte »

Source : https://www.nytimes.com/2021/02/18/world/middleeast/israel-covid-vaccine-reopen.html

Traduction :

De nouvelles initiatives gouvernementales et commerciales vont dans le sens d’un système à deux niveaux pour les personnes vaccinées et non vaccinées, ce qui soulève des questions juridiques, morales et éthiques.
Près de la moitié de la population israélienne a reçu au moins une dose du vaccin Covid-19 de Pfizer.

BAT YAM, Israël – Israël a mené la campagne de vaccination contre les infections à Covid la plus rapide au monde, en inoculant au moins une dose à près de la moitié de sa population. Aujourd’hui, le déploiement rapide fait du pays un laboratoire vivant pour établir les règles d’une société vaccinée – ce qui soulève des questions épineuses sur les droits, les obligations et le bien commun.

Le cabinet du Premier ministre Benjamin Netanyahu a voté cette semaine en faveur de l’ouverture des centres commerciaux et des musées au public, sous réserve de règles de distanciation sociale et de masquage obligatoire. Pour la première fois depuis de nombreux mois, des gymnases, des manifestations culturelles et sportives, des hôtels et des piscines rouvriront également, mais seulement pour certains.

Dans le cadre d’un nouveau système de « badge vert » qui fonctionne à la fois comme une carotte et un bâton, le gouvernement rend les activités de loisirs accessibles uniquement aux personnes qui sont entièrement vaccinées ou qui seront rétablis à partir du dimanche. Deux semaines plus tard, les restaurants, les salles de réunion et les conférences seront autorisés à fonctionner selon ces règles. Les clients et les participants devront être munis d’un certificat de vaccination avec un code QR.

Israël est l’un des premiers pays à être confronté en temps réel à une foule de questions juridiques, morales et éthiques, alors qu’il tente de trouver un équilibre entre les étapes de la reprise de la vie publique et des questions sensibles telles que la sécurité publique, la discrimination, le libre choix et la vie privée.

« Se faire vacciner est un devoir moral. Cela fait partie de notre responsabilité mutuelle », a déclaré le ministre de la santé, Yuli Edelstein. Il a également un nouveau mantra : « Celui qui ne se fait pas vacciner sera laissé pour compte ».

Le débat qui tourbillonne en Israël se propage également dans d’autres parties du monde, avec des plans visant à réserver les voyages internationaux aux détenteurs de « passeports verts » vaccinés et des avertissements sur les disparités croissantes entre les pays riches plus vaccinés et les pays pauvres moins vaccinés.

Le gouvernement central d’Israël – désireux de faire sortir le pays de son troisième verrouillage national sans déclencher une nouvelle vague d’infections – a été incité à agir par des initiatives locales. Dans le cadre de la réglementation du pays en matière de confinement, un centre commercial couvert situé à Bat Yam, une banlieue ouvrière de Tel-Aviv, a ouvert ses portes la semaine dernière aux clients qui pouvaient prouver qu’ils avaient été vaccinés ou qu’ils s’étaient rétablis du Covid-19.

À Karmiel, le maire a pris une décision similaire pour ouvrir sa ville dans la région nord de la Galilée aux entreprises. Son bureau a commencé à traiter les demandes des employeurs qui pouvaient vérifier que tous leurs employés avaient reçu les deux doses de vaccin requises ou s’étaient rétablis du virus.

Et dans d’autres villes, les maires voulaient interdire l’accès des salles de classe aux enseignants non vaccinés, tandis que certains hôteliers menaçaient de licenciement les employés non vaccinés.

Le Dr Maya Peled Raz, expert en droit et éthique de la santé à l’université de Haïfa, a défendu certaines limites aux libertés individuelles pour le plus grand bien. Les employeurs ne peuvent pas forcer leurs employés à se faire vacciner, a-t-elle dit, mais ils pourraient être autorisés à n’employer que des travailleurs vaccinés si le fait de ne pas le faire pourrait nuire à leur entreprise.

« Cela peut impliquer une certaine atteinte aux droits individuels, mais tous les dommages ne sont pas interdits s’ils sont bien équilibrés et légitimes afin d’atteindre un objectif valable », a-t-elle déclaré. « C’est votre choix », a-t-elle ajouté à propos des activités de loisirs. « Si vous êtes vacciné, vous pouvez entrer. Tant que vous ne l’êtes pas, nous ne pouvons pas vous laisser mettre en danger les autres ».

Les magasins ont fermé à cause des restrictions sur les coronavirus à Tel-Aviv ce mois-ci.
Quatre millions d’Israéliens – près de la moitié de la population de neuf millions d’habitants – ont reçu au moins une dose du vaccin Pfizer, et plus de 2,6 millions ont reçu une seconde dose. Mais environ deux millions de citoyens éligibles âgés de 16 ans ou plus n’ont pas cherché à se faire vacciner. Le nombre moyen de nouvelles infections quotidiennes tourne autour de 4 000.

Le programme de vaccination rapide en Israël contraste fortement avec la situation dans les territoires occupés, où peu de Palestiniens ont reçu ne serait-ce qu’une seule dose. Cette disparité a provoqué de vifs débats sur les obligations éthiques et juridiques d’Israël envers les Palestiniens, ainsi que sur le risque sanitaire potentiel pour les Israéliens de ne pas les vacciner.

M. Edelstein, le ministre de la santé, a déclaré jeudi que la vaccination ne serait pas obligatoire en Israël. Mais son ministère propose une législation qui obligerait les employés non vaccinés dont le travail implique un contact avec le public à subir un test de dépistage du virus tous les deux jours. Et il fait la promotion d’un projet de loi qui permettrait au ministère d’identifier les personnes non vaccinées auprès des autorités locales.

Les autorités locales et les bénévoles tentent d’attirer les gens vers les centres de vaccination en leur offrant gratuitement des pizzas, des bonbons arabes et, dans la ville ultra-orthodoxe de Bnei Brak, des sacs de cholent – un ragoût cuit lentement et traditionnellement préparé pour le sabbat.

Pourtant, la vaccination reste volontaire et tout le monde ne se précipite pas pour se faire vacciner.

Ofek Hacohen, 34 ans, directeur d’une agence de location de vacances à Jérusalem, a déclaré qu’il croyait en une approche naturelle d’un corps sain et a insisté sur le fait que le risque posé par le virus – qu’il a appelé « une grippe » – avait été exagéré. Il a ajouté qu’il n’avait pas confiance dans l’innocuité du vaccin.

Il a déclaré qu’il ne savait pas ce qu’il ferait si une législation limitant ses options était introduite.

« Mais je ne me ferai pas vacciner. Je participerai sûrement à des manifestations. Je crois que je ne serai pas seul », a-t-il déclaré, ajoutant : « Je peux survivre sans aller au théâtre, aux matchs de football ou au restaurant. C’est ennuyeux, mais que puis-je faire ?

Les concerts et les restaurants sont des luxes auxquels les gens peuvent plus facilement renoncer. Mais les questions deviennent plus pressantes et plus litigieuses lorsqu’il s’agit des droits des employeurs et des travailleurs.

Les droits du personnel enseignant ont fait l’objet d’une attention particulière, car certains cours en présentiel ont été rouverts. Un quart ou plus des enseignants israéliens n’ont pas demandé une première dose, une situation qui, selon les critiques, représente un danger potentiel pour les élèves de moins de 16 ans, qui sont trop jeunes pour être vaccinés. Certains agents de santé se sont également abstenus de se faire vacciner.

Aux États-Unis, les fournisseurs administrent en moyenne 1,3 million de doses de vaccins Covid-19 par jour. Près de 30 millions de personnes ont reçu au moins une dose, et environ 7 millions ont été entièrement vaccinées. Combien de personnes ont été vaccinées dans votre État ?

Après qu’un certain nombre de maires ont menacé d’interdire l’accès de leurs classes aux enseignants non vaccinés, le procureur général adjoint a précisé qu’ils n’avaient pas le pouvoir de le faire sans une nouvelle législation.

Le Dr. Peled Raz a déclaré que la loi d’urgence temporaire régissant la réponse d’Israël au virus serait plus facile à modifier en ce qui concerne les travailleurs de la santé que les autres en raison des dommages potentiels pour eux-mêmes et les patients, ajoutant que cela serait justifié.

« Vous voulez être infirmière et vous ne serez pas vaccinée », a-t-elle dit. « Soit vous vous faites vacciner, soit vous choisissez une autre profession. »

Mais deux organisations de défense des droits, l’Association pour les droits civils en Israël et la Hotline des travailleurs, ont déclaré qu’elles avaient déjà reçu des plaintes d’autres travailleurs non vaccinés. Les groupes ont écrit une lettre au procureur général ce mois-ci, lui demandant d’émettre un avis clair et disant qu’en vertu de la loi existante, un employeur ne peut pas exiger des informations des travailleurs concernant leur statut de vaccination.

« Le premier problème est qu’il n’y a pas de politique », a déclaré Gil Gan-Mor, le directeur de l’unité des droits civils et sociaux de l’Association pour les droits civils en Israël. « Quand le gouvernement ne travaille pas assez vite, nous voyons trop d’initiatives privées ».

Trouver un équilibre entre des droits et des intérêts concurrents reste une question de débat, a-t-il dit, et nécessite une large discussion au Parlement.

Barak Cohen, avocat et activiste social, a soulevé d’autres questions dans un récent post sur Facebook.

« Dans quelle mesure est-il approprié de faire pression et de contraindre lorsque le processus de décision concernant le vaccin est tenu caché, dans l’obscurité et la confidentialité », a-t-il écrit, notant qu’il ne nie pas la gravité du coronavirus ni l’efficacité du vaccin Pfizer.

Il a également souligné la faible confiance du public dans le gouvernement et ce qu’il a appelé « l’énorme intérêt financier des sociétés pharmaceutiques ».

A Karmiel, la mairie a donné à au moins 20 entreprises une version locale d’un insigne vert à mettre dans leurs vitrines, selon Eli Sade, le directeur du bureau du maire. Tous ceux qui entraient devaient montrer qu’ils avaient été vaccinés ou qu’ils avaient récupéré du virus. Mais les policiers ont dit aux propriétaires de magasins de fermer parce qu’ils enfreignaient la loi.

Le centre commercial de Bat Yam, qui voulait que les clients prouvent qu’ils avaient été vaccinés, a rapidement abandonné l’obligation de présenter un passeport vert à l’entrée et a recommencé à équiper les gardiens de pistolets à température.

À l’intérieur, les quelques magasins qui ont ouvert avaient créé leur propre politique d’entrée. Une chaîne suivait les règles de base de la distanciation sociale, tandis qu’une autre exigeait un certificat de vaccination. Les magasins de vêtements de sport et de lingerie offraient un service de « plats à emporter » aux clients qui se présentaient à la porte.

Haifa Zeinab, 20 ans, qui travaillait dans un magasin de vêtements et de cadeaux de style japonais, a déclaré qu’elle n’avait pas prévu de se faire vacciner parce qu’une tante avait été prise de vertiges après avoir reçu ses deux doses. Si on lui disait de ne pas venir sans passeport vert ou sans un test négatif tous les deux jours, elle disait en haussant les épaules : « Alors je ne viendrai pas ».

2021 The New York Times Company

——————————————-

Version originale :

As Israel Reopens, ‘Whoever Does Not Get Vaccinated Will Be Left Behind’
New government and business initiatives are moving in the direction of a two-tier system for the vaccinated and unvaccinated, raising legal, moral and ethical questions.
By Isabel Kershner

Feb. 18, 2021

BAT YAM, Israel — Israel has raced ahead with the fastest Covid vaccination campaign in the world, inoculating nearly half its population with at least one dose. Now, the rapid rollout is turning the country into a live laboratory for setting the rules in a vaccinated society — raising thorny questions about rights, obligations and the greater good.

Prime Minister Benjamin Netanyahu’s cabinet voted this week to open shopping malls and museums to the public, subject to social distancing rules and mandatory masking. For the first time in many months, gyms, cultural and sports events, hotels and swimming pools will also reopen, but only for some.

Under a new “Green Badge” system that functions as both a carrot and a stick, the government is making leisure activities accessible only to people who are fully vaccinated or recovered starting Sunday. Two weeks later, restaurants, event halls and conferences will be allowed to operate under those rules. Customers and attendees will have to carry a certificate of vaccination with a QR code.

Israel is one of the first countries grappling in real time with a host of legal, moral and ethical questions as it tries to balance the steps toward resuming public life with sensitive issues such as public safety, discrimination, free choice and privacy.

“Getting vaccinated is a moral duty. It is part of our mutual responsibility,” said the health minister, Yuli Edelstein. He also has a new mantra: “Whoever does not get vaccinated will be left behind.”

The debate swirling within Israel is percolating across other parts of the world as well, with plans to reserve international travel for vaccinated “green passport” holders and warnings of growing disparities between more-vaccinated affluent countries and less-vaccinated poor ones.

Israel’s central government — eager to bring the country out of its third national lockdown without setting off a new wave of infections — was spurred into action by local initiatives. Chafing under the country’s lockdown regulations, an indoor shopping mall in the working-class Tel Aviv suburb of Bat Yam threw its doors open last week for customers who could prove that they had been vaccinated or had recovered from Covid-19.

In Karmiel, the mayor made a similar decision to open his city in the northern Galilee region for business. His office began processing requests from employers who could verify that all of their employees had received the requisite two vaccine doses or had recovered from the virus.

And in other cities, mayors wanted to bar unvaccinated teachers from classrooms while some hoteliers threatened unvaccinated employees with dismissal.

Dr. Maya Peled Raz, an expert in health law and ethics at the University of Haifa, defended some limits on personal liberties for the greater good. Employers cannot force employees to get vaccinated, she said, but they might be allowed to employ only vaccinated workers if not doing so could harm their business.

“That may involve some damage to individual rights, but not all damage is prohibited if it is well-balanced and legitimate in order to achieve a worthy goal,” she said. “It’s your choice,” she added of leisure activities. “If you are vaccinated, you can enter. As long as you aren’t, we can’t let you endanger others.”

Four million Israelis — nearly half the population of nine million — have received at least one dose of the Pfizer vaccine, and more than 2.6 million have gotten a second dose. But about two million eligible citizens aged 16 or over have not sought vaccines. The average number of new daily infections is hovering around 4,000.

The speedy vaccination program in Israel contrasts sharply with the situation in the occupied territories, where few Palestinians have received even one dose. The disparity has provoked fierce debates about Israel’s ethical and legal obligations to the Palestinians, as well as the potential health risk to Israelis of not vaccinating them.

Mr. Edelstein, the health minister, said on Thursday that vaccination would not be compulsory in Israel. But his ministry is proposing legislation that would oblige unvaccinated employees whose work involves contact with the public to be tested for the virus every two days. And he is promoting a bill that would allow the ministry to identify unvaccinated people to the local authorities.

Local authorities and volunteers have been trying to lure people to vaccination centers with offers of free pizza, Arabic sweets and, in the ultra-Orthodox city of Bnei Brak, bags of cholent — a slow-cooked stew traditionally prepared for the sabbath.

Yet getting vaccinated remains voluntary and not everybody is rushing to it.

Ofek Hacohen, 34, a manager of vacation rentals in Jerusalem, said he believed in a natural approach to a healthy body and insisted that the risk posed by the virus — which he called “a flu” — had been exaggerated. He added that he did not trust the vaccine’s safety.

He said he did not know what he would do if legislation was introduced limiting his options.

“But I won’t get vaccinated. I’ll surely participate in demonstrations. I believe I won’t be alone,” he said, adding, “I can survive without going to the theater, to soccer matches or to a restaurant. It’s annoying but what can I do?”

Concerts and restaurants are luxuries that people can more easily forgo. But the questions become more pressing and contentious when it comes to the rights of employers and workers.

The rights of teaching staffs have come under particular scrutiny as some in-person classes reopen. A quarter or more of Israel’s teachers have not sought a first dose, a situation that critics say poses a potential danger to pupils under 16, who are too young to be vaccinated. Some health workers have also refrained from being vaccinated.

After a number of city mayors threatened to bar unvaccinated teachers from their classrooms, the deputy attorney general clarified that they did not have the authority to do so without new legislation.

Dr. Peled Raz said the temporary emergency law governing Israel’s response to the virus would be easier to amend with regard to health workers than to others because of potential harm to themselves and patients, adding that would be justified.

“You want to be a nurse and won’t get vaccinated?” she said. “Either get vaccinated or choose another profession.”

But two rights organizations, the Association for Civil Rights in Israel and the Worker’s Hotline, said they had already received complaints from other unvaccinated workers. The groups wrote a letter to the attorney general this month demanding that he issue a clear opinion and said that under existing law an employer may not demand information from workers regarding their vaccination status.

“The first problem is that there is no policy,” said Gil Gan-Mor, the director of the civil and social rights unit at the Association for Civil Rights in Israel. “When the government is not working fast enough, we see too many private initiatives.”

Striking a balance between competing rights and interests remains a matter of debate, he said, and requires a broad discussion in Parliament.

Barak Cohen, a lawyer and social activist, raised more questions in a recent Facebook post.

“To what degree is it appropriate to pressure and coerce when the decision-making process surrounding the vaccine is kept hidden, in the dark and confidential?” he wrote, noting that he does not deny the seriousness of the coronavirus or the effectiveness of the Pfizer vaccine.

He also pointed to the low public trust in the government and what he called drug companies’ “huge financial interest.”

In Karmiel, City Hall gave at least 20 businesses a local version of a Green Badge to put in their windows, according to Eli Sade, the director of the mayor’s office. All who entered were required to show that they had been vaccinated or had recovered from the virus. But police officers told store owners to close because they were breaking the law.

The shopping mall in Bat Yam, which wanted customers to prove they had been vaccinated, soon dropped the requirement for showing a green passport at the entrance and went back to equipping the guards with temperature guns.

Inside, the few stores that opened had created their own entry policies. One chain followed basic social distancing regulations while another required a vaccination certificate. Sportswear and lingerie stores operated a “takeout” service for customers who stood at the door.

Haifa Zeinab, 20, who was working in a Japanese-style home wear and gift store, said she did not plan to be vaccinated because an aunt had been overcome by dizziness after both of her doses. If she was told not to come without a green passport or a negative test every two days, she said with a shrug, “So I won’t come.”

© 2021 The New York Times Company